Suicide : Pourquoi les gens commettent-ils ou tentent-ils de se suicider?

août 11, 2021

Les décès par suicide sont parmi les décès les plus évitables actuellement aux États-Unis. Le suicide est la dixième cause principale, et en 2019, il était responsable de plus de 47500 décès selon les données des Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Le suicide est l’acte de se blesser avec l’intention de mourir, tandis qu’une tentative de suicide est un acte de se faire du mal avec l’intention de mourir, mais on ne meurt pas. De 1999 à 2019, les CDC ont indiqué que le taux de suicide aux États-Unis avait augmenté de 33 %, 2019 ayant connu une légère baisse. Notamment, tous les âges sont touchés, mais les personnes de moins de 34 ans sont à risque accru, car le suicide est la deuxième cause de décès en importance. Cependant, les taux de suicide les plus élevés sont enregistrés chez les autochtones de l’Alaska et les Blancs non hispaniques. Les autres populations à risque comprennent les travailleurs, les membres lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres (LGBT), ainsi que les anciens combattants.

Causes du suicide

Les gens se suicident pour diverses raisons. La première est due à des maladies mentales. Les maladies mentales, en particulier la dépression sévère, sont la principale cause de nombreux cas de suicide. La dépression a de graves répercussions sur les émotions d’une personne, et habituellement, les patients se sentent désespérés. À la suite de tels sentiments, les gens se suicident. D’autres maladies mentales responsables du suicide comprennent la schizophrénie, les troubles de l’alimentation, les maladies bipolaires et les maladies de la personnalité limite. Une autre cause est le stress traumatique que les gens éprouvent après certains événements de la vie. Par exemple, le viol, les abus sexuels durant l’enfance, les traumatismes de guerre, la violence domestique et les abus physiques provoquent un stress traumatique. Environ 23 % des personnes qui ont subi des agressions physiques et 22 % ont fait l’expérience d’une tentative de suicide. Le risque de suicide augmente lorsqu’une personne fait face à de multiples traumatismes ou reçoit un diagnostic de trouble de stress post-traumatique; ces personnes se sentent impuissante et désespérées, conduisant au suicide.

De plus, le suicide peut être causé par la toxicomanie. La recherche indique que les personnes qui ont déjà développé des pensées suicidaires sont plus à risque de se suicider si elles consomment de l’alcool et d’autres substances médicamenteuses. Les drogues rendent ces individus plus impulsifs pour être influencés par leurs pulsions. Indirectement, la toxicomanie peut déclencher d’autres facteurs de stress comme la perte d’emploi ou la fin des mariages qui poussent les gens à se suicider. Notamment, les personnes atteintes de maladies mentales comme la dépression sont les plus susceptibles d’abuser de ces substances, ce qui nuit à leur jugement de se suicider. De même, d’autres facteurs de stress comme l’emprisonnement, l’échec scolaire, la perte de statut social, la perte d’emploi, la perte de la famille ou des amis après avoir révélé sa sexualité, la fin d’une relation amoureuse, l’intimidation et les difficultés financières peuvent mener au suicide.

Les maladies chroniques et la douleur peuvent mener au suicide. Dans certains cas, si une personne souffre d’une maladie chronique et éprouve de la douleur chronique sans espoir de guérison, le suicide devient la seule option pour mettre fin à la souffrance. Selon la revue américaine de médecine préventive, l’asthme, la maladie de Parkinson, le cancer, le diabète, le VIH / SIDA, les maux de dos, les lésions cérébrales, l’épilepsie, l’insuffisance cardiaque congestive, les maladies cardiaques et la migraine sont parmi les maladies chroniques que les patients connaissent des décès par suicide élevés. D’autres causes de suicide sont le sentiment d’être un fardeau pour les autres et d’être socialement isolé. Les personnes qui souffrent de maladies chroniques ou qui sont handicapées ont le sentiment d’être un fardeau pour les autres. Ces personnes peuvent trouver difficile de demander à d’autres personnes de les accompagner dans des lieux ou des hôpitaux ou d’obtenir de l’aide pour payer leurs factures. En outre, les gens peuvent être socialement isolés en raison de la perte d’amis, du divorce, de la séparation, de la retraite ou d’anxiétés sociales, et une telle solitude peut faire que les gens se suicident. Socialement, la stigmatisation et la discrimination figurent parmi les causes du suicide.

Gestion du suicide

La première étape de la gestion du suicide consiste à identifier les personnes vulnérables, en vérifiant constamment les symptômes des pensées suicidaires. Certains des symptômes comprennent des sentiments d’être désespéré, seul ou piégé. Les gens peuvent sentir qu’il n’y a pas besoin de vivre, d’explorer des moyens de se faire du mal, de dormir trop peu ou trop, de sautes d’humeur, de parler de suicide. De même, d’autres symptômes augmentent la consommation de drogues, s’engagent dans des comportements à risque, donnent des effets personnels, tristesse durable et envies de tentative de suicide. Les personnes qui présentent ces symptômes devraient être directement confrontées et on leur demande si elles tentent de se suicider et la façon dont elles prévoient tenter de se suicider.

De même, les personnes vulnérables ne devraient pas avoir accès à des objets qui peuvent être considérés comme mortels. Ces personnes doivent être surveillées de près sur tout changement ultérieur dans les comportements, par exemple, leurs comportements alimentaires et la prise de médicaments. Il est nécessaire de s’assurer que ces personnes demandent de l’aide chaque fois qu’elles développent ces pensées et informent leur famille et leurs amis pour qu’ils offrent un soutien supplémentaire dans la gestion du suicide.

Prévention du suicide

Le suicide peut être prévenu dans la société; premièrement, elle peut être contrôlée par des soutiens sociaux et économiques. Il est nécessaire d’accroître la sécurité financière des ménages et de stabiliser les politiques de logement afin d’éviter les facteurs de stress qui peuvent mener au suicide. Les facteurs de stress comme le fait d’être sans abri ou les difficultés financières peuvent déclencher le suicide. L’amélioration de l’accès aux services de soins en cas de suicide peut prévenir les suicides. Il est nécessaire que l’assurance maladie couvre les services de santé mentale et que des polices supplémentaires soient prévues pour assurer la protection d’un plus grand nombre de personnes. De même, l’accès à ces services peut être amélioré en s’attaquant à la pénurie d’aidants naturels dans les collectivités mal desservies. Deuxièmement, l’approche consiste à utiliser des pratiques fondées sur des données probantes tout en offrant des services de soins en cas de suicide. Troisièmement, le suicide peut être évité par la création d’un environnement protecteur. Pour les personnes identifiées qui risquent davantage de se suicider, l’accès à des moyens létaux de se suicider devrait être refusé. Pour les personnes qui résident dans des établissements ou d’autres personnes travaillant dans des organisations, un changement de culture et de politiques est recommandé pour s’assurer que de faibles taux de suicide sont enregistrés dans les organisations et les institutions. En outre, il est nécessaire d’avoir davantage de politiques communautaires qui réduisent la consommation d’alcool et l’abus de substances, en particulier pour la population considérée comme vulnérable.

En outre, l’augmentation de la connectivité peut prévenir le suicide. Les personnes vulnérables peuvent être encouragées à se joindre à des groupes de pairs communautaires et à participer à des activités communautaires comme des services caritatifs ou du bénévolat. Les personnes considérées comme vulnérables peuvent apprendre à résoudre des problèmes. De nombreuses stratégies peuvent être mises en œuvre pour enseigner à ces personnes, et parmi elles figurent les relations familiales et les programmes de compétences parentales et l’approche d’apprentissage socio-émotionnel. La communauté peut identifier et offrir du soutien aux personnes vulnérables au suicide; cela peut être par le traitement de ces personnes ou de ceux qui ont déjà tenté de se suicider. Des programmes supplémentaires comme la formation sur le contrôle d’accès et l’intervention en cas de crise sont également recommandés.

Traitement du suicide et des tentatives de suicide

Diverses approches fondées sur des données probantes sont maintenant utilisées aux États-Unis pour traiter le suicide. Les premières interventions psychothérapeutiques sont largement recommandées. Les interventions peuvent être au niveau du groupe ou de l’individu, et la durée du traitement varie en fonction du risque du patient. L’approche psychothérapeutique est un traitement qui identifie les schémas de pensée et les comportements pour motiver les patients, réduire les taux de suicide et augmenter la rétention dans les séances de thérapie. La psychothérapie comprend la thérapie cognitivo-comportementale, la thérapie dialectique, l’amélioration de l’humeur, l’évaluation collaborative et le traitement familial. La thérapie cognitivo-comportementale pour la prévention du suicide utilise une approche de prévention des rechutes et de réduction des risques où les thérapeutes identifient tous les facteurs de risque et les facteurs de stress qui peuvent causer le suicide. Un plan de sécurité après la création de cette analyse, et une psychoédagolysation est également fournie aux clients. Ce plan a montré un succès de 50 % dans la réduction des tentatives de suicide. La thérapie comportementale dialectique (TCD) est une autre approche utilisée pour les personnes les plus vulnérables et lutte contre la régulation émotionnelle et l’impulsivité. Certaines techniques sont utilisées pour la TCD, comme la formation de groupe, la consultation des thérapeutes et l’encadrement téléphonique.

Une autre approche fondée sur des données probantes est l’amélioration de l’accès à un traitement collaboratif favorisant l’humeur (IMPACT); ce programme cible les personnes âgées dans les soins primaires grâce à la gestion de la dépression et à la réduction au minimum des idées suicidaires. Cette approche favorise également le traitement personnalisé. L’évaluation et la gestion collaboratives de la suicidalité n’ont pas de plan particulier, mais le médecin et le patient ont conçu le plan de traitement. Diverses techniques sont utilisées et le patient détermine ce qui fonctionne pour eux. La thérapie familiale basée sur l’attachement est une autre approche psychothérapeutique utilisée pour les adolescents, en particulier pour traiter les symptômes dépressifs, les idées suicidaires et l’élimination de l’anxiété.

Les médicaments psychiatriques sont une autre alternative de traitement. Les médicaments sont principalement utilisés pour réduire l’auto-violence et gérer les troubles mentaux. Les médicaments couramment utilisés comprennent le lithium, les antidépresseurs, les antipsychotiques et les neuroleptiques. Le lithium est utilisé pour traiter les maladies mentales comme les sautes bipolaires et les sautes d’humeur. Le lithium est un stabilisateur de l’humeur pour ces patients. De même, les antidépresseurs peuvent être administrés, et il existe des preuves qu’ils peuvent minimiser les comportements suicidaires chez les patients présentant des défis émotionnels. D’autres médicaments comme les antipsychotiques sont utilisés pour gérer les maladies mentales qui causent le suicide.

En conclusion, cet article a examiné les causes, la gestion, la prévention, et le traitement du suicide. Parmi les raisons évoquées figurent les maladies mentales et les traumatismes. L’article a également identifié des moyens de prévenir le suicide dans la société. Il est nécessaire que les personnes vulnérables participent à des activités communautaires et que leur accès aux aidants naturels, y compris les thérapeutes, soit accru. De même, les deux alternatives de traitement comprennent des approches psychothérapeutiques qui abordent les comportements et les pensées suicidaires ou un traitement psychiatrique utilisant des médicaments qui gèrent les troubles de l’humeur et les maladies mentales. Le suicide a plusieurs effets négatifs sur la société; il est donc nécessaire d’accorder plus d’attention à sa gestion.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.