La schizophrénie : un trouble cognitif majeur

août 10, 2021

La schizophrénie est une maladie mentale chronique complexe qui se distingue par de nombreux symptômes, y compris des délires, des hallucinations, un discours ou un comportement non organisé et une diminution de la capacité cognitive. Souvent, la maladie se développe chez les individus à la fin de l’adolescence ou au début de l’âge adulte. La manifestation de la maladie dans ses parties et son cours persistant altèrent l’infirmité pour la plupart des victimes affectées et leurs familles. Plusieurs handicaps présentant une schizophrénie résultent souvent de symptômes négatifs et d’une déconnexion mentale, tels que des troubles de l’attention et de la mémoire de travail. De plus, la rechute est due à des symptômes positifs tels que la méfiance, les délires et les hallucinations. Les personnes atteintes de schizophrénie peuvent parfois entendre des sons ou des voix, ce qui les rend très paranoïaques, croyant qu’elles possèdent des pouvoirs inhabituels ou peut-être qu’une personne contrôle leurs pensées ou pense que certains événements mondiaux sont liés à eux. Le diagnostic de schizophrénie peut être difficile, et les familles des victimes sont toujours dans le déni; néanmoins, c’est un diagnostic dévastateur et déchirant à comprendre. Ce document a l’intention de discuter abondamment de la maladie mentale de schizophrénie, de ses types, de l’évaluation et du diagnostic, et des drogues utilisées dans son traitement.

Types de schizophrénie

Il existe cinq types de schizophrénie classés en fonction des symptômes et des manifestations distincts présentés par les personnes évaluées. Ces types sont les suivants :

Schizophrénie paranoïde

La schizophrénie de type paranoïaque est caractérisée par des comportements paranoïaques tels que des délires et des dysfonctionnements auditifs et des hallucinations. Les comportements paranoïaques se manifestent par des émotions de persécution, d’être surveillés ou scrutés; la plupart du temps, ces comportements sont liés à une figure célèbre ou renommée telle qu’un politicien ou un musicien ou une société. De plus, les personnes atteintes de schizophrénie de type paranoïaque peuvent présenter de la colère, être anxieuses ou devenir hostiles. Cependant, ces personnes ont souvent une bienséance intellectuelle, un fonctionnement et des expressions suffisamment habituels.

Schizophrénie désorganisée

Les personnes souffrant de schizophrénie de type désorganisé affichent des comportements qui sont nettement hors d’ordre ou des discours déconnectés et difficiles à comprendre. De plus, ils peuvent présenter des émotions ou des sentiments qui ne sont pas relatifs aux situations du moment. Ceux-ci peuvent bien affecter leurs activités quotidiennes, y compris l’hygiène, la façon dont ils prennent les repas, et les plans de travail perturbés, et parfois la négligence attribuée à leurs schémas de pensée déconnectés et désorganisés.

Schizophrénie catatonique

Les perturbations du mouvement caractérisent la schizophrénie de type catatonique. Les personnes souffrant de ce type de schizophrénie sont variées en fonction des extrêmes, certaines peuvent devenir immobiles, et d’autres peuvent être partout et sur l’endroit. Une autre caractéristique de ce type est que les patients peuvent devenir silencieux pendant des heures ou répéter tout ce qu’une autre personne dit ou fait. Ces attributs comportementaux causés par ce type de schizophrénie peuvent mettre ces patients dans des situations compromettantes puisqu’ils sont souvent incapables de prendre soin d’eux-mêmes ou de terminer les activités quotidiennes.

Schizophrénie indifférenciée

Ce type de schizophrénie est la codification utilisée lorsqu’un individu présente des comportements, qui correspondent aux descriptions symptomatiques de deux autres types ou plus de schizophrénie. Par exemple, certains des symptômes présentés dans la schizophrénie indifférenciée comprennent des délires, des hallucinations, des troubles de la parole, des comportements désorganisés et catatoniques.

Schizophrénie résiduelle

Personnes détaillées pour avoir des épisodes passés de schizophrénie; cependant, de nos jours, ne présentent pas de symptômes caractérisant la maladie tels que des délires, des hallucinations, des troubles de la parole et du comportement, sont attribués à souffrir de schizophrénie de type résiduel. Ces personnes peuvent être en rémission totale ou peuvent plus tard reprendre les symptômes caractéristiques de la maladie.

Diagnostic

Comme illustré précédemment dans le texte, la schizophrénie est un trouble compliqué et persistant avec plusieurs symptômes, qui ne sont pas pathogènes. Le diagnostic de schizophrénie consiste à examiner le patient présentant des signes et des symptômes patentés, comme le démontre le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux. Tout d’abord, le diagnostic de schizophrénie est effectué en excluant tout autre problème ou trouble médical sous-jacent qui pourrait s’avérer entraîner des changements de comportement. En outre, il est effectué par l’examen de l’apparition de symptômes caractéristiques de la condition. Le médecin qui s’occupe du patient effectuera des tests pour affirmer la présence d’illusion, d’hallucination, de troubles de la parole et de comportement. Un autre élément que le médecin évalue est le retrait social et les perturbations au travail dans les activités quotidiennes du patient pendant au moins six mois. Le médecin peut employer l’évaluation physique, l’examen psychologique, les tests de laboratoire, et les balayages de CT pour assembler et produire une image générale de l’état du patient. Ainsi, le dépistage et l’évaluation de la santé mentale sont un aspect essentiel de la procédure de diagnostic de la schizophrénie.

Néanmoins, le diagnostic de schizophrénie est généralement difficile puisque d’autres troubles mentaux comme le trouble bipolaire, le trouble schizoaffectif, la dépression et la toxicomanie imitent souvent les manifestations symptomatiques de la schizophrénie. Par conséquent, le médecin qui effectue le diagnostic doit d’abord exclure tout symptôme présenté par d’autres conditions médicales. L’examen compétent de la durée de la maladie, le moment des délires et des hallucinations, et l’intensité des manifestations dépressives ou maniaques peuvent effectivement distinguer ceci.

Options de traitement

Thérapie non pharmacologique

L’objectif et le but du traitement de la schizophrénie impliquent de cibler les symptômes de la maladie, de minimiser les risques de rechute et d’élever le fonctionnement adaptatif afin que les personnes touchées puissent se fondre dans la société. Dans de rares circonstances, les patients retournent à leur niveau de base de fonctionnement adaptatif; les nonpharmacological et pharmacologiques doivent utiliser de manière optimale des modèles de traitement pour des résultats périodiques. Par conséquent, les modèles de traitement non pharmacologiques tels que la psychothérapie sont essentiels. La psychothérapie est un domaine thérapeutique qui se développe progressivement. Les psychothérapies émanant intègrent l’entraînement métacognitif, la thérapie narrative et les thérapies de pleine conscience. Les traitements non pharmacologiques sont utilisés comme formes de traitement supplémentaires pour traiter la schizophrénie, mais jamais pour les remplacer, car ces modèles de traitement aident à s’assurer que les patients restent fidèles à leurs médicaments.

Thérapie pharmacologique

Chez la plupart des patients schizophrènes, il est difficile d’exécuter des programmes de réadaptation pratiques et de travail sans agents antipsychotiques. Par conséquent, l’établissement opportun du traitement médicamenteux est crucial, plus particulièrement, dans les cinq premières années suivant l’apparition d’un épisode aigu, car de nombreuses variations du cerveau liées à la maladie se produisent. Par conséquent, dans un épisode psychotique aigu, le traitement médicamenteux doit être administré dès que possible. Dans les premiers jours de traitement, l’objectif principal est de diminuer l’hostilité et de ramener le patient à un fonctionnement normal, comme avoir suffisamment dormi et prendre des repas aux heures stipulées. Par conséquent, il est significativement essentiel de titrer le dosage au début de la première phase de traitement en fonction de la réponse du patient. Le traitement précède la thérapie d’entretien, qui vise à améliorer la socialisation, à prendre soin de soi et à créer une humeur plus excellente.

Soins spécialisés coordonnés

Implique une approche d’effort d’équipe pour offrir un traitement lorsque le premier épisode aigu apparaît. Il implique la combinaison de la médecine et de la thérapie avec des services sociaux ainsi que des interventions éducatives.

Hospitalisation

Plusieurs personnes atteintes de schizophrénie peuvent recevoir un traitement en consultation externe. Cependant, l’hospitalisation semble être la meilleure option pour les personnes schizophrènes multiples présentant des symptômes extrêmes, une hostilité sévère et celles incapables de prendre soin d’elles-mêmes. Cela implique également la psychoéducation, qui aide les patients et ceux qui les entourent à comprendre le trouble, leur permettant ainsi d’aider le patient à le gérer.

Thérapie électroconvulsive (ECT)

Au cours de ce processus, des électrodes sont placées sur le cuir chevelu du patient, puis les médecins envoient de minuscules chocs électriques au cerveau. Chaque traitement de choc conduit à une formation de crises contrôlées. Suivre une série de ce module de traitement sur une période définie provoque des améliorations massives de l’humeur et de la capacité cognitive du patient. Néanmoins, le modèle de traitement n’est pas entièrement approuvé pour aider la schizophrénie autre que la dépression et le trouble bipolaire; ainsi, non utilisé occasionnellement lorsque les symptômes de l’humeur disparaissent.

Recherche

De nombreux travaux de recherche et études sont en cours pour trouver de formidables options de traitement de la schizophrénie. Par exemple, les chercheurs examinent actuellement l’option de traitement de stimulation cérébrale profonde (DBS) principalement utilisée dans le traitement de la maladie de Parkinson et des tremblements essentiels grâce à des tests expérimentaux pour traiter les troubles psychiatriques. Cette option de traitement consiste à implanter chirurgicalement des électrodes dans le cerveau d’un patient schizophrène pour aider à stimuler des segments spécifiques du cerveau qui contrôlent la pensée et la perception.

Drogues

Il existe plusieurs médicaments utilisés dans le traitement de la schizophrénie. Certains des médicaments antipsychotiques utilisés comprennent chlorpromazine (Thorazine), Oxilapine, Perphenazine, et Haloperidol. Certains des nouveaux médicaments utilisés pour traiter la schizophrénie comprennent aripiprazole, asénapine, cariprazine, clozapine, etc. Les médicaments sont pour le contrôle initial des symptômes, et une fois que les symptômes sont sous contrôle, on aurait besoin d’un traitement d’entretien pour ne pas rechuter.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.